Panier  

Aucun produit

Transport : 0,00 €
0,00 €

Consignes d'utilisation

Les consignes sécurité : à lire impérativement avant l'achat

Le choix d'un poêle ou d'une cuisinière à bois est un moment important, en effet outre l'aspect esthétique, d'autres éléments rentrent en compte, comme la puissance, la taille des bûches,  les dimensions... Avant de vous décider,  veillez à analyser quels sont vos besoins : chauffage d'appoint ou chauffage principale, autonomie, présence d'une personne la journée, le week-end. Dans le cas des poêles chaudière, un entretien avec votre plombier peut s'avérer utile pour vérifier l'existant, voir quelles sont les adaptations à apporter éventuellement.

La puissance

Les constructeurs affichent en général la puissance nominale en kW des poêles, ce qui correspond à la puissance moyenne réellement obtenue. Il faut choisir un poêle bien en adéquation avec le volume à chauffer, en acheter un trop puissant obligerai à le maintenir au strict ralentit d'ou une mauvaise combustion avec noircissement des vitres et encrassement des tuyaux et du foyer. Il faut prendre en compte les conditions climatique de votre région et surtout la qualité de l'isolation de votre habitation.

Les matériaux

La fonte, est un matériaux de moins en moins utilisé dans la fabrication des poêles, il apporte une inertie intéressante mais s'avère être un matériaux plus fragile (risque de fêlure) et plus délicat à réparer en cas de casse.

L'acier, ils ont fait des progrès considérables ces dernières années, ils sont donc de plus en plus utilisés, ils permettent de créer des poêles avec des formes plus design pour un moindre coût et ils sont plus léger que la fonte, la durée de vie d'un poêle est similaire à celle de la fonte.

Le foyer

Nus acier ou fonte, sont de plus en plus rares l'émission direct de chaleur à l'extérieur est bien sur plus rapide mais la chaleur présente à l'intérieur du foyer est plus faible donc la combustion est moins efficace et il n'y a que très peu d'inertie de chaleur.

Brique réfractaire et chamotte, quasiment tous les poêles aujourd'hui en sont pourvu, cela apporte donc une meilleurs combustion et une certaine inertie de dégagement calorifique, les poêles en acier en tirent les avantages que proposait ceux en fonte.

Sortie des gaz de combustion

Avant ou arrière, tout dépend de l'emplacement du poêle par rapport à votre conduit existant et parfois d'une question d'esthétique. Le diamètre de sortie impliquera bien sur l'achat des tuyaux adéquats.

Convection ou rayonnement

Les poêles à bois peuvent restituer la chaleur par l'une ou les deux  manières suivantes:

Par rayonnement, comme le fait les rayons du soleil, il rayonne donc la chaleur sur les éléments (mobilier, mur...) qui l'entoure à plus ou moins longue distance. Ces éléments restitues également avec une certaine inertie la chaleur alors emmagasinée. C'est une chaleur douce et saine.

Par convection, les éléments métalliques ajourés (ex: double paroi)   produisent, par convection, des courants d’air chaud. . Elles sont situées sur les côtés et à l’arrière du poêle. La convection résulte du mouvement naturel d’aspiration de l’air froid en bas du poêle qui propulse l’air réchauffé vers le haut en créant ainsi une circulation d’air. Le devant et le dessus de l’appareil transmettent par rayonnement la chaleur dans la pièce. C'est une chaleur moins saine et plus asséchante pour l'air ambiant.

Le type de combustion

Ces dernières années les poêles ont grandement évolués à ce niveau, on parle aujourd'hui de double voir de triple combustion, de combustion inversée.... Autrefois, les gaz de combustion sortaient directement du foyer vers le tuyau du poêle, au contraire aujourd'hui on fait suivre un cheminement complexe et calculé de ces gaz afin de les rebrûler, voir de maintenir les vitres du foyer propres. Tout ceci permet d'obtenir des rendements élevés supérieurs à 65% et donc de moins polluer.

Les réglages

Les poêles sont pourvus aujourd'hui de réglages permettant d'intervenir sur l'admission d'air primaire et bien souvent sur l'air secondaire. Ceci a pour effet d'obtenir une combustion idéale et une durée de combustion relativement longue, jusqu'à 10/12 heures maximum. On parle alors de passage de nuit, feu continu ou feu longue durée.

Le crédit d'impôt

Le crédit d'impôt concerne les dépenses d'acquisition de certains équipements fournis par les entreprises ayant réalisé les travaux et faisant l'objet d'une facture, dans les conditions précisées à l'article 90 de la loi de finances pour 2005 et à l'article 83 de la loi de finances pour 2006.Rendez vous sur le site de la DGEMP pour en savoir plus.

Recommandations importantes pour l'installation.  À lire et à respecter

Installation

L'installation d'un poêle ne doit pas être faite à la légère, si vous n'en avez pas les compétences il est préférable de faire appel à un professionnel. Des règles de sécurité sont à respecter. Pour les poêles avec bouilleur il est souhaitable de faire appel à un plombier chauffagiste pour son installation.

Dans tous le cas il est impératif de contacter un ramoneur afin qu'il vérifie votre conduit de cheminée, il jugera également si il est nécessaire de tuber celui-ci. N'oubliez pas que le ramonage est obligatoire deux fois par an. Nous ne pouvons pas être tenu responsable de la mauvaise installation de nos poêles. 

Le combustible

N'utilisez que du bois naturel sec avec taux d'humidité maximum de 20%. Le bois humide produit une couche épaisse de goudron et des émissions de fumée anormales. L'idéale sont des bûches d'un diamètre inférieur à 25 cm et d'une longueur de 25 à 30 cm. Le bois doit être stocké et séché pendant une durée d'au moins deux ans.

Ces bûches proviennent de préférence du hêtre, du chêne, du bouleau, ou d'arbres fruitiers. Les résineux sont à proscrire ainsi que les déchets, le bois vernis ou traité, le carton... 

L'entretien

En plus des ramonages  qui doivent êtres opérés par professionnel, votre poêle à bois nécessite un entretien régulier :

  • Enlever bien sur les cendre dés que besoin
  • Nettoyer les vitres
  • Vérifier l'emmanchement des tuyaux
  • Contrôlez que le poêle n'a pas subit d'avarie mettant en cause son étanchéité.
  • Nettoyer également régulièrement les sédiments de suie dans le foyer ainsi que dans les tuyaux de raccordement.

N'intervenez que sur un poêle froid.